La province de Namur, au coeur de votre quotidien
Yvoir: requalification de l'île d'Yvoir

Statut : achevé

Type de projet : embellissement de l’île d’Yvoir

Thèmes du projet : aménagement paysager d’espaces publics

Contexte lié au projet : partenariat phase 1 et 2

Deux études préalables ont été menées lors de la phase 1 afin d’envisager les pistes de requalification du site. En 2012, une étude historique de Laurence Ancion. concernant l’évolution de l’île et son développement touristique depuis le début du XXe siècle a alimenté l’étude paysagère de Benoit Fondu. Cette étude paysagère se fonde sur un bilan de la situation par une analyse SWOT. Ce terme est un acronyme issu de l'anglais : strengths (forces), weaknesses (faiblesses), opportunities (opportunités), threats (menaces). C’est sur cette base que les lignes directrices de développement qualitatif du site et de ses abords ont été proposées comme des conseils d’aménagements de l’île (plaine de jeux, berges, espaces touristiques et boisés, …), de la voirie, de l’accès par bateau, de l’identité du site, ….

L’étude a identifié en particulier le problème des oies bernaches (espèce invasive) qui par leur surnombre dénaturaient les pelouses et les berges. Suite à ces études, une partie des aménagements proposés a été réalisée dans le cadre du partenariat. Le soutien financier s’est porté sur le défraiement d’un auteur de projet et les travaux d’aménagement de la plaine de jeux, la mise en place de barrières et d’un dispositif anti-oies. C’est le bureau Gualducci Romuald qui a été désigné comme auteur de projet pour la réalisation de cette mission.

Note historique:

L’île d’Yvoir, comme la plupart des îles mosanes, avait une vocation agricole jusqu’au 20e siècle.Ces parcelles étaient exploitées comme oseraies, étaient plantées de saules et servaient aussi de pâturage.

Au tournant du premier tiers du 20e siècle,la partie sud de l’île perd sa vocation agricole au profit d’un développement touristique. C’est d’abord une escale pour les bateaux-mouches sur la Meuse dans les années 1900, puis s’y développent des activités nautiques et de plein air. Ces activités continuent avec succès après la deuxième guerre mondiale jusque dans les années 1970-80. C’est aujourd’hui la seule île de Meuse encore exploitéeau niveau touristique.

La partie au nord de l’île tend à une destinée inverse en devenant plus « naturelle ». Exploitée au 20e siècle pour la sylviculture, la nature y a repris davantage ses droits. Au 21e siècle, cette partie de l’îleest passée sous protection « Natura 2000 ».

 

Partagez :
Facebook
Twitter
Adresse
rue de la Gare, près du n°6
Yvoir
Passage par bateau vers l’île d’Yvoir